Historique

HISTORIQUE

Le Manoir de Lac-Etchemin fut construit en 1949 par les Immeubles Etchemin, propriété des Ministres J.D. Bégin et Ste-Marie et de de Arthur et Albert Bouchard. Les principaux clients étaient les visiteurs des patients du Sanatorium Bégin, alors spécialisé en soins contre la tuberculose.

En 1956, il y eut la construction de 2 sales de réception sous la direction de M. Dumas. C’était, avec sa grande glissade d’eau en bois, un endroit de vacances pris. Par les gens de la haute. À l’entrée de on pouvait lire « Aussi jolies que soient vos bretelles, veuillez les dissimuler ».

En 1970, Rosario et Louisette Jolin firent I ‘acquisition du Manoir, malheureusement fermé depuis quelques mois. Avec la conviction que recevoir et servir les clients est une profession, ils firent du Manoir un endroit de villégiature recherchée.

En 1983, Claude Jolin fille de Rosario et Louisette s’est jointe à ses parents en tant qu’actionnaire. Quelques apurées plus tard, en 1989, elle fit I ‘acquisition de I’entreprise familiale.

Développements:

1984 : Construction de18 chambres supérieures.

1987 : Construction de la salle à manger et des salles de réunion.

1988 : Agrandissement de la Verrière.

1989 : Agrandissement de la Salle de Bal.

1993 : Rénovation de toutes les chambres régulières.

1994 : Rénovation de toutes les chambres supérieures.

2000 : Aménagement d’une piscine extérieure 3 saisons.

2002: Rénovation du hall d’entrée et amélioration du confort des chambres.

2004 : Rénovation de toutes les chambres régulières.

2004 : Rénovation de la salle de bal.

2004 : Rénovation de l’extérieure de la bâtisse.

 

Blason du Manoir du Lac-Etchemin

L’arc et la flèche représentent la tribu des Etchemins qui habitait, au sud du fleuve Saint-Laurent, territoire qui aujourd’hui fait partie de la province du Nouveau-Brunswick et l’État du Maine. La flèche symbolise la fidélité indéfectible des Etchemins, voisins des Abénaquis, à leur alliance avec les Français, maîtres du Canada jusqu’au traité de Paris, qui céda le pays à I’Angleterre en 1763.

La feuille d’érable est I’emblème du Canada et celui tout particulier de la province de Québec. Elle figure la région canadienne que traversaient ces aborigènes lorsqu’ils se rendaient à Québec, en passant par le lac et la rivière Etchemin.

La fleur de lis désigne I’emblème des rois de France, souverains de la Nouvelle-France, dont l’étendue couvrit, durant trois quarts de siècle, la moitié de I’Amérique du Nord. Québec en était la capitale, où résidèrent les gouverneurs, de Samuel de Champlain (1532) à Pierre de Cavagnal, marquis de Vaudreuil (1750).

La ‘campagne » représente la nature panoramique de la localité de Sainte-Germaine qui encadre le lac Etchemin aux « ondes d’argent et d’azur » L’ombre de soleil, astre resplendissant de lumière, donne à ce lieu historique un air de beauté et de charme.

Le logo du Manoir représente I’accueil et la villégiature 4 saisons: L’arc sous le nom représente le sourire, I’accueil à bras ouvert. Les nuages désignent la neige qui est présente abondamment dans notre région. Les vagues, le mouvement continu des eaux du lac. Le trait orange, I’automne et le nénuphar nos nombreux jardins.

 

La tribu des Etchemins

Texte signé par Maurice Brodeur, héraldiste

(17 mai 1949)

La tribu des Etchemins occupait le territoire qui s’étend de la rivière Saint-Jean à celle de Pentagouet ou Penobscot dans le Maine actuel, ainsi que la vallée de Passamaquoddy, d’où une autre appellation les Passamuquoddies.

Les relations des Jésuites divisent la tribu en trois groupes: les Tarratines à Pentagouet, les Openangos à Quoddy, les Malécites, tous nomades et ennemis des Souriquois de la Gaspésie et des Iroquois Agniers. Le premier, le père Biard, missionnaire Jésuite, les visita durant les deux années de séjour à Port-Alfred (Annapolis-Nouvelle-Écosse); plus tard, ce furent les Capucins et les pères Druillettes, Morrain, de Crépieul.

Gilbert White Ganong (1851-1917) député aux Communes et lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick a réussi à localiser plusieurs de leurs bourgades où leurs campements de pêche et de chasse et les énumèrent ainsi: Below Forest City, Indian Point, Pleasant Point, Campobello, Grand Manan, Letang River, Point Lepreau. Il signale les voies de communications que suivaient les Etchemins pour se porter dans les régions avoisinantes où à longue distance. Ils se rendaient au Saint-Laurent par la rivière Touladi, le lac Témiscouata, les lacs des Aigles et des Islets et, après portage, à la rivière Boisbouscache jusqu’aux Trois-Pistoles, où ils arrivaient aussi pas la rivière Asberish: par le lac Témiscouata ils atteignaient la Rivière-du-Loup, où conduisant encore la rivière Saint-François; par la rivière Noire (Black River) ils allaient à la Rivière-Ouelle; par la Rivière-du-Sud, ils parvenaient à Québec mais surtout par le lac et la rivière Etchemin.

Le lac Etchemin est situé dans le canton Ware, comté de Dorchester. Il mesure trois milles de long et trois quarts de mille de large. Son altitude est de 1253 pieds au-dessus du niveau de la mer. La paroisse Sainte-Germaine est bâtie sur ses bords enchanteurs.

La rivière Etchemin traverse le canton Roux, les terres de Standon, Crambourne, Frampton, grossit les eaux d’un affluent, arrose le comté de Dorchester, baigne les paroisses de St-Édouard, St-Malachie, Ste-Claire, St-Anselme, où encaissée entre deux rives abruptes, elle coule en cascades et est utilisée pour des usines. Elle passe à St-Henri et entre à St-Jean-Chrysostome par une chute pittoresque à cent pas d’un pont de voies ferrés. Elle sépare cette localité de celles de St-David et de St-Romuald et vient se perdre après un parcours d’environ 50 milles, dans le St-Laurent, à trois milles en amont de Lévis.

 

PRIX HONORIFIQUES :

2003 Prix Or Régional « Tourisme Québécois 2003 »

2000 Prix Or National « Tourisme Québécois 2000 »

2000 Prix Or Régional « Tourisme Québécois 2OOO’

1997 Prix Régional « Innovation touristique » pour la Noce Taschereau Gédéon

1992 Finaliste Régional « Prix de la gastronomie »

1991 Prix « Personnalité touristique » Rosario et Louisette Jolin

1991 Prix Régional « Promotion touristique »

1989 Prix Régional « Innovation touristique » pour les Noël en Automne

1987 Prix Régional « Accueil touristique »

1987 Prix National « Accueil touristique,’

1988 Prix Régional « Développement touristique »

 

Autres prix honorifiques:

1996 Lauréat or les PME offert par: la Banque Nationale région Chaudière-Appalaches

1996 Lauréat Argent au Gara d’intégration des personnes handicapées

1994 Mention Spéciale du Jury offert par: la Banque Nationale région Chaudière-Appalaches

1983 Prix Richard Giguère entreprise de l’année offert par: la Société de Développement Économique

1981 Prix Artiste des jeunes entrepreneurs offert par: la Chambre de Commerce de Québec